Mort des détenus à la Maison centrale : « c’est prématuré et hasardeux de conclure à une pandémie », soutient la Justice

Comme nous vous l’annoncions récemment, des prisonniers ont trouvé la mort à la Maison centrale de Conakry où ils étaient en détention. Une situation qui a créé une vague de panique au sein de cette plus grande concession carcérale du pays. La cause, toutes ces victimes, avant de rendre l’âme, ont développé les mêmes symptômes de forte fièvre suivie de vomissements.

Au regard de cet état de fait, le ministère de la Justice, département de tutelle de la Maison centrale de Conakry, en collaboration avec l’Agence nationale de sécurité sanitaire et la Croix rouge guinéenne, a ordonné le prélèvement sur les morts, afin d’établir le mobile de leur décès. Un résultat qui ne saurait être disponible encore.

Dans un communiqué publié dans la soirée de ce lundi 27 avril 2020, le ministère de la Justice indique qu’il serait prématuré et hasardeux de conclure à une quelconque pandémie au niveau de Maison centrale de Conakry.

« Il est prudent d’attendre les résultats de l’évaluation qui sera faite très prochainement par l’équipe de l’ANSS », lit-on entre autres lignes.

Toutefois, l’opinion publique est obligée de patienter encore en attendant de connaitre l’aboutissement de ces prélèvements dont le résultat était censé tomber 72 heures après.

Pendant ce temps, en ces moments de crise sanitaire causée par le COVID-19, ce résultat reste très attendu par les pensionnaires de la Maison centrale de Conakry. Cette prison construite en période coloniale pour une capacité d’accueil de 300 prisonniers compte aujourd’hui plus de 1 500 détenus entassés les uns sur les autres.

Mady BANGOURA

Comments are closed.