Campagne électorale : De mauvais signaux qui inquiètent…

La campagne électorale qui a débuté, il y a deux semaines, dans le cadre de l’élection présidentielle du 18 octobre 2020, révèle plein d’animosité, de haine entre les candidats et leurs militants. Du discours clivant du président de la République, à l’attaque du cortège du Premier ministre, en passant par le discours virulent du président de l’UFDG, moult observateurs dans l’anxiété, s’interrogent sur la situation du pays au lendemain du scrutin.

A la place des projets de société, les propos déplacés, les discours manichéens, ou encore le sophisme ont pris le dessus. Chacun veut faire flèche de tout bois pour s’imposer.
Ainsi, les intrigues, l’affabulation, les coups bas, ne manquent pas, même si, le pays peut plonger dans un cycle de violences.
Rappelons que le mardi 29 septembre à Labé et à Dalaba, le cortège du Premier ministre, Kassory Fofana, également, Directeur de campagne du RPG/AEC aurait été attaqué.

Depuis, des langues se délient. Accusé d’être derrière cet acte, par les responsables du RPG/AEC à Labé, l’UFDG a dans un point de presse, balayé d’un revers de main ce qu’elle qualifie de « canular ». Selon son directeur de communication, Ousmane Gaoual Diallo, l’UFDG « n’est associé à rien » dans une attaque contre Kassory. « Nous condamnons toutes les formes de violences d’où qu’elles viennent et quel que soit la victime. L’UFDG condamne toutes les violences quel que soit l’endroit où ça se passe que ça soit à Labé, Mamou, Dalaba, à Kankan ou ailleurs », a-t-il laissé entendre.

Surprise ! C’est le préfet de Labé, Safioulaye Bah qui, réconforte la position du parti dirigé par Cellou Dalein Diallo. « Ce n’est pas le véhicule du Premier ministre qui avait été visé par ces incontrôlés. Je pus témoigner avoir entendu un communiqué de l’UFDG demandant à ses militants de ne pas s’associer à cette réception. L’antenne du FNDC m’avait également rassuré de son impartialité malgré leur appel à manifestations le même jour. On aurait appris que de l’argent a été promis aux jeunes par les organisateurs dans le cadre de la mobilisation, ce qui n’a pas été honoré. Donc ces jeunes ayant vus que la délégation du premier ministre quittait s’est mise en colère en s’attaquant au reste du convoi », a-t-il confié à nos confrères de la radio Sabri Fm.
De tout compte fait, à Dalaba, des échauffourées ont été enregistrées entre forces de l’ordre et jeunes. Bilan : un mort et plusieurs blessés.
M
ais, c’est à Faranah, où, le pire a été frôlé entre les militants du RPG et de l’UFDG. Selon nos sources, des militants du parti au pouvoir pour se venger de l’attaque contre le cortège de Kassory Fofana, ont voulu empêcher un meeting organisé par des militants du principal parti d’opposition. Là, la bravoure des forces de sécurité ont été salué, grâce à qui, « l’affrontement » a été évité.
Il est clair, donc, qu’à l’allure où vont les choses, le Guinéen risque de revivre la situation ou pire de 2010. A l’époque, le deuxième tour de l’élection présidentielle qui a opposé le candidat du RPG, Alpha Condé et celui de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo avait plongé le pays dans un cycle de violence. Et cette fois ci, le début de la campagne est malheureusement entrain d’aller dans ce sens. Celui ou ceux qui doivent tirer nos marrons du feu sont vivement sollicités, avant que ça ne flambe.

Sadjo Diallo

Leave A Reply