0

Le procès de l’activiste Mamady Condé alias Madic 100 frontière s’est ouvert ce lundi 18 janvier au tribunal de première instance de Dixinn.

Après plusieurs mois de détention à la maison centrale de Conakry, il était donc face au juge ce matin afin d’être entendu sur ce qui lui est reproché.

Poursuivi pour « menaces, injures, atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation, xénophobie, incitation à la révolte » le prévenu a, au cours des débats, reconnu son tort et a demandé « pardon ».

Il y a des faits que je ne reconnais pas. Oui j’ai fais beaucoup de vidéo dans l’intention de conscientiser le peuple. C’est mon opinion depuis le Canada je lutte contre le racisme et j’ai mené le même combat en Guinée. Il y a de ces vidéos que j’ai faite. Le Général Bafoe lors de mon troisième jours de détention à la DCPJ m’avait demandé pourquoi j’ai fait ces vidéos, C’est la même réponse j’avais donné parce qu’ il m’avait dit ce jour que je l’ avais attaqué et je lui ai dit j’ai tord excusez moi. J’étais fâché et frustré, c’est pourquoi j’ ai réagi ainsi. Si je reprends le même combat, je n’ ai pas à réagir ainsi. J’ai parlé du chef de l’État et je vais lui demander pardon à travers un écrit. J’ai tord. Je demande pardon à tout guinéen qui est touché ou vexé, ce n’était pas intentionnelle.

L’audience a été renvoyée à huitaine.

Nous y reviendrons

Conakry : un autre mort parmi les détenus politiques à la maison centrale

Previous article

Décès d’un autre détenu politique : la grosse colère de Sékou Koundouno

Next article

You may also like

More in Politique

Comments

Comments are closed.