0

Détenu depuis le 26 novembre 2020 à la maison centrale de Conakry, le procès de Mamady Condé alias Madic 100 frontières s’est poursuivi ce lundi 25 janvier 2021 au tribunal de première instance de Dixin.

Au cours de cette  audience  axée sur le réquisitoire et la plaidoirie, le procureur de la république près le tribunal de première instance de Dixinn, Sidy Souleymane N’Diaye a requis contre ce militant de l’opposition, 10 ans de prison ferme et 300 millions de francs guinéens.

« Le ministère public que nous sommes, nous poursuivons à charge et à décharge. Nous avons du réalisme et l’objectivité dans la poursuite. Nous sommes un parquet d’instance répressif mais dans l’objectivité. Madame la présidente, Madic 100 frontière est revenu au pays pour faire de l’activisme de mauvais a la loi pour troubler l’ordre public. Il a diffusé des messages de menaces, de violence et de mort. Des propos injurieux à l’encontre du chef de l’Etat. Il a fait outrage au chef de l’Etat qui est la 1ère personnalité du pays. Dans nos réquisitoires, nous avons fait le choix de la fermeté. Nous ne sommes ni de près ni de loin liés au remord exprimé ici à la barre par Madic 100 frontière. Les semblants de regrets, de pardon adressé au président de la république et au procureur ne nous lient pas. Madame la présidente, le remord ne concerne pas un juge et un procureur de la république. Nous avons choisi de descendre sur Madic 100 frontière, le glaive de la répression. Le comportement de Madic est rémissible, ce n’est pas pardonnable. Il y a ce que nous pouvons tolérer et ce que nous ne pouvons pas tolérer. Nous ne pouvons pas accepter l’outrage au chef de l’Etat. Madic a injurié le président de la république qui est une institution vénérable. Madic a dit que la communauté Peulh est stigmatisée et opprimée en Guinée. Il veut diviser le peuple de Guinée et opposer les communautés. De tout ce qui précède, nous requérons que vous déclarez Mamadi Condé “Madic 100 frontière” coupable des faits reprochés. En conséquence, le condamner aux peines d’emprisonnement de 10 ans et 300 millions de francs guinéens d’amende », a laissé entendre Sidy Souleymane N’Diaye. 

Le délibéré est attendu le 8 février prochain.

Ousmane Bangoura

Médias : la radio FIM Fm en ondes ce lundi

Previous article

Crise au sein du RPG-Arc-en-ciel : le Bureau Politique sort de son silence (Déclaration).

Next article

You may also like

More in La Une

Comments

Comments are closed.