0

Depuis quelques semaines, le président Alpha Condé ne jure que par le ‘’changement’’. Le rupture d’avec des pratiques dont la majorité ont prévalu durant les 10 dernières années, c’est le nouveau rêve que le chef de l’Etat vend à ses compatriotes. Le nouveau départ, il l’imprimera, assure-t-il. D’où le « Gouverner autrement ». S’il faut se donner le temps d’observer avant de juger des résultats, il convient de relever néanmoins qu’il y a déjà chez le président de la République quelque chose qui ne change pas. C’est sa tendance à incarner (à lui tout seul surtout) son aspiration au changement. Lui se présente comme un saint. Mais autour de lui, tout le monde est Satan. Cette attitude-là de la part du président Alpha Condé n’a pas changé. La tendance est plutôt à son renforcement. Cela étant particulièrement facilité par la prédisposition du cadre guinéen à se laisser marcher dessus par le supérieur hiérarchique.

Le rabaissement comme stratégie

Le fait d’avoir triomphé des opposants au troisième mandat semble avoir laissé la place chez le président de la République à un sentiment de toute-puissance, une impression d’invulnérabilité à toute épreuve. Une mutation dont ses adversaires ne sont cependant pas les seuls à faire les frais. Certes, Ousmane Gaoual Diallo et ses compagnons d’infortune sont ceux qui séjournent à la Maison centrale de Conakry. Toutefois, on a des raisons de penser que pour beaucoup de membres du gouvernement et d’autres hauts commis de l’Etat, le rabaissement systématique auquel ils sont soumis par le président ne confère pas que du confort. En effet, depuis quelques semaines, dans le sillage de la vulgarisation du concept « Gouverner autrement », le président s’est comme inscrit dans une dynamique d’avilissement de ses collaborateurs. Même s’il a confirmé bon nombre d’entre à eux à leurs postes, il ne rate aucune occasion de leur rappeler que c’était néanmoins un cadeau que beaucoup ne méritaient pas. Et eux, taillables et corvéables à volonté, au lieu de s’en offusquer, s’en accommode en offrant, quand l’occasion se présente, juste un sourire gêné.

Stratégie du bouc-émissaire

Cela a commencé avec les fameuses visites inopinées du président Alpha Condé dans un certain nombre de départements ministériels. Visites dont l’objectif pour le président de la République était de s’assurer que ses nouvelles consignes sont suivies d’effet. Mais une démarche qui était en soi révélatrice du peu de confiance entre lui et ses principaux collaborateurs. Et en cela, le comble c’est quand, à l’occasion de chacune de ces visites, le chef de département était obligé de passer devant cameras et micros pour commenter le déplacement présidentiel. Redevenant pour la circonstance de simples gamins, ils saluaient tous le fait que le président soit venu leur rappeler leur devoir.

Lire la suite sur Ledjely.com

Diplomatie : l’ambassadeur du Ghana en Guinée félicite le   ministre Ibrahima Kaba

Previous article

Promotion de la paix : l’honorable Sékou Kouressy Condé apporte son « expertise » au chef de file de l’opposition

Next article

You may also like

More in La Une

Comments

Comments are closed.