0

Alors qu’il est au four et au moulin auprès des acteurs sociopolitiques pour prôner la paix, la quiétude sociale et le vivre – ensemble entre les fils et filles de la Guinée, l’honorable Sékou Kouressy Condé, en lieu et place des encouragements, fait face depuis quelques jours à  des propos de dénigrement de la part de certains individus mal intentionnés.

En effet, invité dans l’émission le Perroquet chez nos confrères du groupe Evasion pour parler du dialogue politique, de la paix, de la quiétude sociale, des éléments indispensables pour le développement de notre pays, le Président du parti Alliance pour le Renouveau National (ARENA) et député à l’Assemblée nationale, a porté sa réflexion sur la nécessité de repenser les fondements de l’opposition sur le continent africain. « En fait, j’ai dit que le sort que subissent les oppositions en Afrique montre que cette forme d’opposition n’est pas adaptée à nos réalités. Le traitement de l’adversité est violent en Afrique. Je suis contre cette forme d’opposition parce que ça ne tient pas compte de la conception africaine du pouvoir et des mécanismes de résolution des conflits en Afrique », a déclaré Sékou Koureissy Condé dans cette émission.

Ces propos sont malheureusement sortis de leur vrai contexte et servent aux acteurs « belliqueux », passés maîtres dans l’art des interprétations tendancieuses et des débats de caniveau.

De tels propos sont-ils orientés contre une opposition ? A mon humble avis non. Ces propos de Sékou Kouressy Condé constituent plutôt un gage pour lutter contre les violences, les morts, les  destructions de biens matériels, que connaissent des Etats Africains depuis plus de 60 ans. Oui, ces propos sont  des remèdes pour amener les acteurs politiques à faire une prise de conscience sur leur manière de faire la politique, sur leur rapport avec les autorités, les citoyens. Vous qui  l’accusez d’être contre l’opposition, savez-vous combien de fois Sékou Kouressy Condé s’est battu pour éviter à notre pays de tomber dans des crises aux conséquences fâcheuses ? Savez- vous qu’il a été l’acteur principal de tous les grands dialogues entre l’opposition et la mouvance pendant la tenue des élections législatives en 2013, de la présidentielle de 2015, des législatives du 22 mars 2020 et de la présidentielle du 18 octobre 2020 ? Savez-vous qu’il est le seul acteur de la société civile qui a organisé une journée de recueillement à la mémoire des victimes des différentes manifestations organisées par des hommes politiques ? Savez-vous combien de fois il a mené des démarches « discrètes » auprès des autorités pour la libération des détenus alors qu’ils  étaient dans les liens de la culpabilité ? Savez-vous combien de fois, il a, de par ses propres frais, organisé des conférences dans les universités, les instituts, les lieux publics pour parler de la paix, pour inviter les Guinéens au vivre – ensemble, à l’acceptation, et  à œuvrer pour le bien- être de la population ? Savez combien de fois, il a rapproché les acteurs politiques autour des questions d’intérêt national ?

De Conakry au Burkina-Fasso, en passant par le Mali, le Sénégal, la Gambie, Sékou Kouressy Condé, à travers ses organisations African Crissis Group et la convention des acteurs non étatiques de Guinée (CANEG)  sans oublier son passage comme Médiateur de la République,  a donné ses forces, son énergie, son sommeil pour la Guinée, pour le bien – être de la population.

Vous qui vous attaquez à cet acteur de paix, qu’avez-vous fait pour promouvoir la paix dans notre pays?

Sachez que pour faire la paix en Guinée, Kouressy Condé est prêt à travailler même avec ceux qui ne partagent pas son point de vue: car comme nous l’enseigne le philosophe AL Fârâbî de la Grèce antique: « pour faire la promotion de la paix, de la quiétude sociale, du vivre ensemble, on doit travailler  même avec nos ennemis. En travaillant avec eux, ils pourront changer de comportement. Le bonheur ne consiste ni dans la gloire ni dans la puissance, ni dans la richesse, mais seulement dans la paix »

 Alpha Abdoulaye Bouka Barry

 

Guinée : vers l’ouverture d’une ligne directe entre la Guinée et l’Egypte

Previous article

Promotion féminine : ce documentaire de Mariama Diaka Diallo qui interpelle les décideurs sur les droits des femmes

Next article

You may also like

More in La Une

Comments

Comments are closed.