0

Quarante ans après la mort de Bob Marley, à 36 ans seulement, l’héritage de la légende du reggae reste vivace ; la première star mondiale issue du tiers-monde a contribué, comme aucun autre, à ouvrir la musique à de nouvelles influences.

« Une lumière qui scintille deux fois plus fort dure deux fois moins longtemps », dit à l’AFP Judy Mowatt, l’une des trois membres fondatrices des I-Threes, le groupe des choristes du chanteur jamaïcain, qui comptait également Rita, son épouse. « Et par bien des aspects, Bob Marley était notre étoile la plus brillante. Il a fait beaucoup en peu de temps. »

Celle qui a fait une carrière solo remarquée se souvient de cette journée de mai 1981. « Il était hospitalisé depuis quelques jours à Miami et j’ai reçu cet appel », lui annonçant le décès de Robert Nesta Marley, emporté par un cancer de la peau qui s’était généralisé.

« C’était la fin de toutes ces années à travailler ensemble », se souvient Judy Mowatt, qui avait rejoint les I-Threes en 1974, et vit aujourd’hui toujours en Jamaïque. « Ça m’a frappée d’un coup : Bob s’en était allé pour toujours. »

« L’argent ne peut pas acheter la vie », aurait dit le chanteur à son fils Ziggy avant de mourir.

Sept années seulement se seront écoulées entre la sortie de « Catch a Fire », l’album qui mettra Bob Marley en orbite, et ce décès prématuré, huit mois après son dernier concert, à Pittsburgh.

Ce quarantième anniversaire marque aussi la première fois que les trois membres fondateurs des Wailers, Peter Tosh, Bob Marley et Bunny Wailer sont réunis dans l’au-delà, après la mort de ce dernier, début mars, à 73 ans, à Kingston, souligne Maxine Stowe, qui fut longtemps manageuse de Bunny Wailer.

Lire la suite

Guinée : sous Alpha Condé, la presse mise au pas

Previous article

Non au dialogue de politicards et combinards attitrés (par Alkaly Soumah)

Next article

You may also like

More in Culture

Comments

Comments are closed.