0

Le consortium des organisations de la société civile pour l’amélioration de la gouvernance en Guinée a présenté son rapport à travers une conférence de presse animée ce mardi 29 décembre 2020. Une occasion pour ces organisations de faire le point sur le projet du Regard citoyen sur la gouvernance de la politique de riposte contre la COVID-19 et les initiatives gouvernementales.

Financé par le Programme des Nations Unies pour le Développement ( PNUD), ce projet qui couvre les quatre régions naturelles et la zone spéciale de Conakry vise « à évaluer l’efficacité et l’impact des mesures publiques sur la vie des populations dans le cadre de la riposte contre la COVID-19 d’une part, et d’autres part renforcer la gouvernance participative locale à travers un contrôle citoyen, pour une gestion efficace et efficiente des ressources publiques locales. Nous avons aussi initié ce projet afin de permettre à la société civile de comprendre le fonctionnement non seulement de ces initiatives gouvernementales mais aussi d’évaluer la politique gouvernementale dans le cadre de la lutte contre la covid-19. Ressortir les forces et les faiblesses de ces initiatives gouvernementales sur la vie des citoyens à la base », a indiqué d’entrée Dorah Aboubacra Koita, membre du consortium.

Parlant du contenu du rapport dans son volet mesures d’accompagnement mise en place par l’Etat, Abdoul Sacko coordinateur du projet fait savoir que « sur les mesures d’accompagnement entreprises par l’État guinéen, plus de sept répondants sur dix ont cité la gratuité de l’électricité, suivie de la gratuité de l’eau (53,8%) et de la gratuité des transports en commun (22,5%) notamment dans la capitale Conakry. Sur le plan de l’appréciation du niveau de vie économique des ménages pendant la COVID-19, les résultats montrent que le niveau de vie s’est sérieusement détérioré. Environ huit personnes sur dix soit (77%) ont affirmé que le niveau de vie économique des ménages s’est détérioré.19, 7% ont affirmé que le niveau de vie des ménages est resté moyen. 1, 7% ont estimé que le niveau de vie est bon. Enfin, 0,7% ont estimé que le niveau de vie est très bon ».

Et d’ajouter, « les résultats de l’enquête axés sur les principales sources d’informations des ménages sur le plan de riposte du gouvernement contre la COVID-19,l’enquête montre que les principales sources d’informations ayant permis aux répondants de connaître et d’avoir les informations sur le plan de riposte du gouvernement sont: la télévision 56,2%, la radio rurale et communautaire 46,8%, et la radio nationale 40,0%.  Les autres sources d’informations citées selon l’importance du score sont les amis, les parents qui s’élève à 18, 1%, la mosquée et église 16,2%, l’école 12,1%, la réunion d’association 10,9%, l’hôpital 9,6%,le centre de poste de santé 9,2%, les journaux et magazines 8,2%, les affiches 8,1%, les panneaux publicitaires 6,5%,les dépliants et prospectus 5,9% et autres 1,3% », a-t-il précisé.

Ce projet qui touche également les impacts de l’Agence nationale d’inclusion économique et sociale (ANIES), et l’Agence nationale de financement des collectivités (ANAFIC),  a émis des recommandations aux autorités. Des recommandations qui s’inscrivent en droite ligne de la mise en place d’un mécanisme de suivi mixte des actions de l’ANIES, l’organisation des foras communautaires pour la révision ou la validation des actions à mener par l’ANIES au bénéfice des communautés, la mise en place des équipes mixtes (ANIES,UNS , Autorités locales et Société Civile) pour le ciblage et l’identification des bénéficiaires entre autres.

Abdoulaye Barry

 

La Guinée, pays des présidents « à vie », au pouvoir comme dans l’Opposition

Previous article

Côte-D’ivoire : Vers la fin de négociations dans le cadre du dialogue politique

Next article

You may also like

More in Actualités

Comments

Comments are closed.