0

Engagé à faire en sorte que les ressource  mises en place par les autorités dans les mains de l’Agence Nationale des Financements des Collectivités(ANAFIC), de l’Agence Nationale d’inclusion Économique et sociale ANIES et du FODEL pour soutenir la population pendant cette pandémie coronavirus soient judicieusement utilisées, un consortium d’organisation de la société civile (CROSC, PCUD, CJCR, CCB, UDEC) ont ouvert ce mardi 01 Décembre 2020 un atelier régional. Objectif, faire  la synthèse et à la validation du document issu d’une enquête à travers des entretiens individuels, des focus dans le cadre d’évaluation de la riposte gouvernementale liée à la gestion du Covid-19.

Aux dire de Boubacar Biro Premier vice-président du Conseil Régional des Organisations de la Société Civile (CROSC), ce projet dénommé ‘’regard  citoyen sur la gouvernance de la politique de riposte contre la Covid-19 et les initiatives gouvernementales’’ financé par le programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD)et qui couvre les 4 régions naturelles plus la zone spéciale de Conakry se fixe pour objectif, « de préparer un document de plaidoyer auprès du gouvernement à travers ses démembrements, mais aussi auprès des partenaires techniques et financiers pour faire en sorte que les points  forts du travail qui a été fait puisque l’Etat a fourni des gros efforts dans la lutte contre la Covid-19 à travers l’ANAFIC, ANIES et le FODEL. Faire en sorte que le gouvernement sache ce qui s’est passé que les partenaires comme le PNUD et autres. Qu’ils se rendent compte des résultats qui sont issus de ce travail. Cet atelier vise aussi à améliorer l’action si au cas où la Covid se poursuivait. Faire en sorte que l’impact des denrées de premières nécessités et des kits de lavage des mains et  de protections soit réellement constaté auprès des populations bénéficiaires. En fin connaitre  l’impact de toutes ses interventions  au niveau des communautés  notamment les populations bénéficiaires », a-t-il indiqué.

Madame Camara Maimouna une des membres du CROSC,  a au nom du consortium déploré quelques manquements enregistrés  notamment dans le volet distributions des denrées alimentaires.

  « Dans  cette enquête, nous avons eu à savoir comment l’ANIES a eu à travailler dans le cadre de la distribution des vivres alimentaires, de l’argent dans les téléphones. Le constat ressort que le travail a été effectivement bien fait sur le train, mais il ya eu quelques manquements tout simplement parce que la distribution n’a pas été faite comme ont le souhaitait. Il y’a eu cette petite défaillance dans l’accompagnement de la population. Il faut améliorer sa façon de travailler. Que les distributions ne se font pas à la hâte mais aussi sur la base des élections », a-t-elle recommandé.

« Les rapports synthèses issus de ces cinq(5) zones seront centralisés  pour être adressés au gouvernement et au partenaires techniques et financiers », a laissé entendre Albert Farra Sandouno, superviseur du projet.

Bouka Barry

Kankan : un présumé voleur de moto lynché par une foule au quartier Mori-Oulen

Previous article

Université de Conakry : des nouvelles infrastructures inaugurées par le Premier ministre

Next article

You may also like

More in Actualités

Comments

Comments are closed.