0

La Guinée à l’instar des autres pays du monde a célébré ce mercredi 09 Décembre 2020 la journée internationale de la lutte contre la corruption. Placée  sous le thème Gouverner autrement, les autorités guinéennes s’engagent,  cette cérémonie  organisée par l’Agence Nationale de Lutte Contre la Corruption et de la Promotion de la Bonne gouvernance (ANLC) a été une occasion pour les acteurs de rappeler les différentes avancées enregistrées en Guinée,  mais aussi proposer des pistes de solution pour son éradication.

« L’objectif de la célébration de cette journée, est de rappeler à toute la communauté internationale, à  tous  les Etats parties,  les 87 Etats partis à la convention internationale des Nations Unis de la nécessité de lutter contre la corruption. Interpeller  toutes les composantes de la société, gouvernement, secteur privé,  les organisations de la société civile,  les médias, à faire de la lutte contre la corruption leurs préoccupations majeurs. Que  chacun de nous peut un peu parce que la corruption c’est dans nos esprits», a fait savoir d’entrée Mohamed Lamine Sylla, directeur national de l’agence nationale de lutte contre la corruption.

Poursuivant, Mohamed Lamine Sylla à rappeler les différentes avancées enregistrées par les autorités guinéennes dans la lutte contre ce fléau depuis l’avènement du Prof Alpha Condé au pouvoir en 2010.

« Avant 2010 nous avions un  statut hors normes en matière de lutte contre la corruption. Nous avions un Etat qui signait les conventions et qui ne les appliquait pas dans son contexte national. Et à date d’aujourd’hui, la Guinée est Etat  signataire de la convention des nations unis,  de l’Union Africaine,  Etat partie des protocoles de la CEDEAO, mais également la Guinée dispose dans son national  juridique la loi portant prévention  détection et répression de la corruption. Un décret portant attribution organisation et fonctionnement de l’organe en  charge de la lutte contre la corruption, qui est l’agence nationale de lutte contre la corruption et la promotion de la bonne gouvernance. La déclaration du patrimoine un décret précède à l’application de cette disposition pertinente dans la constitution,  comme dans la loi anti-corruption. C’est vous dire que nous sommes dans un processus et ce processus ne peut pas être mené comme un travail de cheval. Ce n’est pas la course aux chevaux. Les efforts sont dégagés par l’Etat pour nous mettre dans les conditions requises, afin de  mener la lutte contre la corruption ».

Et d’inviter les uns et les autres à conjuguer les efforts pour lutter contre ce ‘’ mal’’, « toutes les composantes de la société guinéenne n’est pas épargnée même les medias.Je souhaite tout simplement, que chacun de nous se batte pour lutter contre  la corruption. Nous voulons que nous tous nous soyons unis pour lutter contre la corruption. Évitons de chercher qui est corrompu, qui est corrupteur. Cherchons à conjuguer les efforts pour lutter contre ce mal sinon le mal va nous emporter et il finira à nous pousser à accuser Paul et Pierre, alors que le mal est à nous tous .Nous sommes tous des pécheurs. Le  meilleur des pécheurs c’est celui qui se repente », a-t-il invité.

« La  lecture que je fais de cette célébration pour la Guinée,  c’est vraiment une accumulation de challenge, il y a encore beaucoup de défis. Il est vrai que la convention internationale de lutte contre la corruption est adoptée et qu’en 2017 la Guinée a adopté et promulgué la loi portant détection et répression de la corruption et pratique assimilée. Dans la pratique, il y a encore beaucoup à faire. Alors le PNUD pour sa part reste engagé à accompagner  le gouvernement dans ses efforts d’éradication de ce phénomène qui empêche le développement qui est l’atteinte des ODD. Ce qui empêche la mise en œuvre du PNDS  qui est le cadre unique de référence de développement en Guinée. Nous sommes prêts à accompagner le gouvernement pour l’élaboration des textes d’applications. S’il y’a des tribunaux ou quelque chose qui doit aller dans le sens de la dissuasion de la répression des cas de corruption et pratiques assimilé.Le PNUD sera du côté de l’Etat pour accompagner cela », a rassuré le représentant  du représentant du Programme des Nations Unis en Guinée (PNUD) Abdoula Latif Hiadra le chargé des programmes.

Abdoulaye Bouka Barry

Prétendu détournement de 200 milliards: l’avocat de la  ministre Zenab Dramé sort de son silence et apporte des précisions

Previous article

Affaire de 200 milliards : le ministre du budget Ismaël Dioubaté donne sa version des faits

Next article

You may also like

More in Actualités

Comments

Comments are closed.