0

Pour jouer sa partition dans la lutte contre la pandémie coronavirus, la maison d’édition Harmattan Guinée a  lancé depuis le 23 avril dernier à l’occasion de la célébration de la journée mondiale du livre le concours d’écriture de texte sur la COvid-19.Objectif, produire un livre qui décrira le vécu des guinéens pendant cette pandémie. Après la cérémonie de récompense des 15 lauréats qui a eu lieu le  mercredi 30 septembre 2020 à Conakry, la maison a sous la présidence du Premier ministre Dr Ibrahima Kassory Fofana procéder ce mercredi 25 novembre 2020 à la remise officielle des prix à ces lauréats du prix concours d‘écriture sur la Covid-19.

La maison d’édition Harmattan-Guinée par la voix de son Directeur général Sansy Kaba Diakité tout en remerciant les uns et les autres pour leur accompagnement quant à la réussite de ce concours, a dans son intervention rappelé l’objectif ayant amené sa maison à lancé ce concours d’écriture sur cette pandémie qui se vit en Guinée depuis le 12 mars 2020.

 « Nous avons voulu contribuer à la promotion du livre, à travers quelque chose. Et pour nous c’était un concours d’écriture. Ce concours d’écriture a réuni 137 candidats venus de partout. On a regroupé les textes, on a sélectionné les 15 meilleurs retenus, c’est ce qui fait l’objet de ce recueil. Il n’y a pas eu de copinage, de favoritisme. C’est notre façon de contribuer à la lutte contre la Covid-19.Les lauréats vont bénéficier d’une promotion dans les écoles, dans les universités. Nous rêvons d’aller dans les villes et à l’étranger c’est ça notre objectif. Ce livre est disponible partout dans le monde pour porter la voix de la Guinée. Qu’est ce qui s’est passé en Guinée pendant cette pandémie c’est comme si nous avions capté les images des guinéens pendant cette pandémie », a fait savoir Sansy Kaba Diakité.

Devant le représentant de l’organisation mondiale de la santé (OMS),celui  de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la Culture( l’UNESCO), des acteurs du livre et les autres partenaires, Gassim Sylla, premier lauréat du concours appel à écriture sur le coronavirus a fait un  témoignage sur son  texte.

 « J’ai raconté une histoire qui m’est fallu un prix pour lequel je suis hyper content. Comme il s’agissait d’écrire sur la pandémie de covid19, j’ai parlé de la mort douloureuse de ma grande mère âgée de 65 ans qui fût d’ailleurs emportée par le virus. Il n’y a pas eu de cérémonie  rituelle à cause du virus. Chacun avait peur et son enterrement n’a pas été comme prévu. Tout le monde avait le doute de s’approcher au risque de choper la maladie ».

Abdoulaye Bouka Barry 

«Je ne vois pas de raisons pour un innocent de se justifier », réagit  la ministre Zenab Nabaya

Previous article

Clôture de la 2ème session ordinaire du CESEC: voici les conclusions des travaux

Next article

You may also like

More in Actualités

Comments

Comments are closed.